Restez connectés !

 Je réponds à vos questions

Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

- Soutien & accompagnement de la grossesse et du post partum Auxiliaire de puériculture

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés

Comment donner du lait à mon bébé ?

Les informations sur les bienfaits du lait maternel pour la santé présente et future des bébés se faisant de plus en plus nombreuses et étant de mieux en mieux connues, on voit de plus en plus de mères décider d’en faire bénéficier leur bébé, même si la mise au sein n’est pas possible ou souhaitée, pour une raison ou pour une autre.
Sans compter toutes celles qui, séparées de leur bébé plus ou moins longtemps et plus ou moins régulièrement (reprise du travail, prématurité, hospitalisation…), souhaitent que celui-ci continue à recevoir leur lait même pendant leur absence .
Dans tous ces cas, la mère va donc tirer son lait (à la main, avec un tire-lait manuel ou électrique) et le donner (ou le faire donner) au bébé dans un récipient ou un autre : biberon, soft-cup, cuiller, seringue, pipette, gobelet…

Le fait qu’un nourrisson qui reçoit des biberons puisse refuser le sein ou ne plus savoir téter correctement est bien connu. La prise d’un biberon met en jeu des mécanismes différents de la prise du sein. Dans la mesure où les soignants et les personnes qui s’occupent de bébés préfèrent habituellement de loin utiliser un biberon, méthode d’alimentation connue par tous, il serait intéressant de concevoir des biberons conçus pour ne pas poser de problème de confusion sein-tétine.


L’auteur est consultante en lactation, et elle a rencontré de nombreuses mères pour qui la seule alternative au sein était le biberon. Ces mères pourront préférer cesser totalement l’allaitement plutôt que de faire l’effort d’utiliser une autre technique de supplémentation qu’elles ne connaissent pas. L’auteur a donc décidé de chercher comment utiliser un biberon de façon à interférer le moins possible avec les mises au sein.
Elle expose ici la technique qu’elle a mise au point, pour aider les mères dont le bébé présente une confusion sein-tétine ou un problème de succion. Elle suggère aussi cette méthode aux mères qui ont repris le travail.

Il est important que la bouche du bébé soit la plus « remplie » possible. Choisir une tétine volumineuse, dont la base n’est pas trop large, de façon à ce que le bébé prenne toute la tétine dans sa bouche, et que l’extrémité de la tétine soit aussi loin que possible dans la gorge ; dans l’idéal, elle devrait arriver à la jonction entre le palais dur et le palais mou, comme le sein lorsque l’enfant tète.

Utiliser une tétine « standard » et non une tétine dite « physiologique ». Une étude de Novak (Imaging evaluation of artificial nipples during bottle feeding. Arch Pediatr Adolesc Med 1994 Jan ; 148 : 40-2) a étudié par ultrasons la succion de nourrissons avec une tétine standard et une tétine physiologique. La tétine standard induit une succion plus proche de la succion au sein que la tétine physiologique.

Choisir une tétine avec le débit le plus lent possible. De nombreuses tétines laissent couler le lait sans que le bébé fasse le moindre effort. Si le débit est très lent, le bébé devra « travailler » pour obtenir le lait. Toutefois, si le bébé a une succion faible, il pourra ne pas réussir à obtenir suffisamment de lait ; en pareil cas, on choisira une tétine dont le débit est moins lent. Le repas au biberon devrait prendre environ 20 minutes. S’il ne dure que 5 à 10 mn, le débit est trop rapide. S’il dure 30 à 45 mn, le débit peut être trop lent pour les capacités du bébé.

Choisir une tétine la plus souple possible. Les tétines en silicone semblent plus souples que les tétines en latex. Le sein est très souple et s’adapte parfaitement à la bouche du bébé. Une tétine rigide obligera la bouche de l’enfant à s’adapter à elle.

Mettre le bébé en position presque assise pour lui donner le biberon, en lui soutenant le haut du dos et la tête avec une main (et non en le maintenant au creux du bras). Tenir le biberon presque horizontalement, de façon à ne pas faciliter la sortie du lait par la force de la gravité. Le bébé devra faire davantage d’efforts pour obtenir le lait.

Caresser la lèvre inférieure du bébé avec la tétine, pour l’encourager à ouvrir grand la bouche. Lorsque c’est fait, introduire toute la tétine dans sa bouche. Cette méthode permettra au bébé de garder l’habitude d’ouvrir grand la bouche pour être nourri. Lorsque le bébé a la tétine en bouche, incliner le biberon juste ce qui est nécessaire pour qu’il n’y ait pas d’air dans la tétine. Vers la fin du repas, lorsque le biberon sera presque vide, le bébé sera incliné à 45° en arrière pour ne pas avaler d’air à la place du lait.

Toutes les tétines sont plus rigides et moins adaptables que le sein maternel, et il est beaucoup plus difficile pour le bébé de repousser la tétine avec sa langue. Cela peut être un avantage lorsque le bébé a un problème de succion et repousse le sein avec sa langue. Avec la tétine complètement introduite dans leur bouche, ces bébés seront plus ou moins obligés de placer leur langue sous la tétine, ce qui pourra les rééduquer.

Lorsque le bébé repousse le sein parce qu’il a un réflexe nauséeux dès que quelque chose s’enfonce un peu loin dans sa bouche, il sera utile de procéder de façon progressive : mettre au départ juste le bout de la tétine dans la bouche du bébé ; après quelques minutes, lorsqu’il sera détendu, enfoncer la tétine un peu plus loin, puis encore plus loin au bout de quelques minutes ; dès que le bébé a un réflexe nauséeux, retirer un peu la tétine. Selon la gravité du problème, il pourra falloir plusieurs repas ou plusieurs jours avant que le bébé s’habitue à avoir la tétine complètement enfoncée. Lorsque ce sera fait, il acceptera en général beaucoup plus facilement le sein. Si aucune amélioration n’est constatée, il sera utile de consulter un spécialiste, à la recherche d’un problème de succion ou de déglutition.

Cette méthode d’alimentation au biberon permet au bébé de beaucoup mieux contrôler la quantité de lait qu’il reçoit. Bien que certains bébés semblent prêts à avaler tout ce qu’on leur propose, quelle que soit la quantité, la plupart des bébés arrêtent de téter lorsqu’ils n’ont plus faim ; lorsque le bébé prendra plus de lait au sein, il en prendra de moins en moins au biberon. Pendant toute la période de transition vers l’allaitement exclusivement au sein de la mère, les couches de l’enfant seront vérifiées. D’après l’expérience de l’auteur, cette méthode d’alimentation au biberon est souvent plus efficace que l’alimentation à la tasse, à la cuillère ou à la seringue, pendant que l’on travaille à résoudre le problème d’allaitement. De plus, elle est souvent mieux acceptée par les mères.

Technique du Biberon à l'horizontal :

Cette façon de faire est présentée par deux consultantes en lactation, Barbara Wilson-Clay et Kay Hoover, dans leur Breastfeeding Atlas (éd. LactNews Press, Texas, 2005).
L'idée est d'offrir le biberon au bébé plutôt comme on fait avec la tasse : le biberon est tenu à l'horizontale, au lieu d'être tenu à la verticale comme on le voit habituellement. Le lait est toujours à l’horizontale dans le biberon.
« N’ayez pas peur qu’il avale de l’air ! » Il ne va pas avaler d’air. Cela arrive plutôt quand l'enfant se sent « gavé » avec un biberon qui n'arrête jamais de couler, et qu’il s'étouffe. Alors, il prend peur.
Laissez le bébé boire tranquillement deux ou trois gorgées, puis ABAISSEZ le biberon pour vider la tétine, afin que le bébé puisse reprendre son souffle, respirer. Ensuite, attendez que le bébé « demande » à téter encore. Donc, encore deux ou trois gorgées, puis abaissez le biberon.
Et ainsi de suite. C'est le bébé qui dirige. Et il n'est jamais gavé ni étouffé. Souvent, il prend MOINS de lait comme cela, parce qu'il s'arrête quand il n'a plus faim ! Et comme pour une tétée au sein, cela peut prendre vingt à trente minutes.
De plus, avec le biberon à l'horizontale, le bébé n'est pas incité à mettre sa langue en arrière pour arrêter un flux du lait trop fort. Il respire tranquillement entre les salves parce que c'est lui qui dirige... quand la nourrice regarde bien ce qu'il fait.

Il est important que la bouche du bébé soit la plus « remplie » possible.
Choisir une tétine volumineuse, dont la base n’est pas trop large, de façon à ce que le bébé prenne toute la tétine dans sa bouche, et que l’extrémité de la tétine soit aussi loin que possible dans la gorge ; dans l’idéal, elle devrait arriver à la jonction entre le palais dur et le palais mou, comme le sein lorsque l’enfant tète.

Utiliser une tétine « standard » et non une tétine dite « physiologique ». Une étude de Novak (Imaging evaluation of artificial nipples during bottle feeding. Arch Pe-diatr Adolesc Med 1994 Jan ; 148 : 40-2) a étudié par ultrasons la succion de nourrissons avec une tétine standard et une tétine physiologique. La tétine standard induit une succion plus proche de la succion au sein que la tétine physiologique.

Choisir une tétine avec le débit le plus lent possible. De nombreuses tétines laissent couler le lait sans que le bébé fasse le moindre effort. Si le débit est très lent, le bébé devra « travailler » pour obtenir le lait. Toutefois, si le bébé a une succion faible, il pourra ne pas réussir à obtenir suffisamment de lait ; en pareil cas, on choisira une tétine dont le débit est moins lent.

Le repas au biberon devrait prendre environ 20 minutes. S’il ne dure que 5 à 10 mn, le débit est trop rapide. S’il dure 30 à 45 mn, le débit peut être trop lent pour les capacités du bébé.
Choisir une tétine la plus souple possible. Les tétines en silicone semblent plus souples que les tétines en latex. Le sein est très souple et s’adapte parfaitement à la bouche du bébé. Une tétine rigide obligera la bouche de l’enfant à s’adapter à elle.

Pour lui donner le biberon, mettre le bébé en position presque assise sur les genoux de l’adulte, en lui soutenant le haut du dos et la tête avec une main (et non en le maintenant au creux du bras). Tenir le biberon presque horizontalement, de façon à ne pas faciliter la sortie du lait par la force de la gravité. Le bébé devra faire davantage d’efforts pour obtenir le lait.

Caresser la lèvre inférieure du bébé avec la tétine, pour l’encourager à ouvrir grand la bouche, puis introduire toute la tétine dans sa bouche. Cela permettra au bébé de garder l’habitude d’ouvrir grand la bouche pour être nourri. Lorsque le bébé a la tétine en bouche, incliner le biberon juste ce qui est nécessaire pour qu’il n’y ait pas d’air dans la tétine. Lorsque le biberon sera presque vide, le bébé sera incliné à 45° en arrière pour ne pas avaler d’air à la place du lait.

Toutes les tétines sont plus rigides et moins adaptables que le sein maternel, et il est beaucoup plus difficile pour le bébé de repousser la tétine avec sa langue. Cela peut être un avantage lorsque le bébé a un problème de succion et repousse le sein avec sa langue. Avec la tétine complètement introduite dans leur bouche, ces bébés seront plus ou moins obligés de placer leur langue sous la tétine, ce qui pourra les rééduquer.

Lorsque le bébé repousse le sein parce qu’il a un réflexe nauséeux dès que quelque chose s’enfonce un peu loin dans sa bouche, il sera utile de procéder de façon progressive : mettre au départ juste le bout de la tétine dans la bouche du bébé ; après quelques minutes, lorsqu’il sera détendu, enfoncer la tétine un peu plus loin, puis encore plus loin au bout de quelques minutes ; dès que le bébé a un réflexe nauséeux, retirer un peu la tétine.

Selon la gravité du problème, il pourra falloir plusieurs repas ou plusieurs jours avant que le bébé s’habitue à avoir la tétine complètement enfoncée. Lorsque ce sera fait, il acceptera en général beaucoup plus facilement le sein par la suite. Si aucune amélioration n’est constatée, il sera utile de consulter un spécialiste, à la recherche d’un problème de succion ou de déglutition.

Cette méthode d’alimentation au biberon permet au bébé de beaucoup mieux contrôler la quantité de lait qu’il reçoit. Bien que certains bébés semblent prêts à avaler tout ce qu’on leur propose, quelle que soit la quantité, la plupart des bébés arrêtent de téter lorsqu’ils n’ont plus faim ; lorsque le bébé prendra plus de lait au sein, il en prendra de moins en moins au biberon. Pendant toute la période de transition vers l’allaitement exclusivement au sein de la mère, les couches de l’enfant seront vérifiées. D’après l’expérience de l’auteur, cette méthode d’alimentation au biberon est souvent plus efficace que l’alimentation à la tasse, à la cuillère ou à la seringue, pendant que l’on travaille à résoudre le problème d’allaitement. De plus, elle est souvent mieux acceptée par les mères.

A la tasse :

Sources : la leche league et OMS