Restez connectés !

 Je réponds à vos questions

Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

- Soutien & accompagnement de la grossesse et du post partum Auxiliaire de puériculture

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés

Le projet de naissance

Le projet de naissance

Utilité et intérêts

Vous attendez un bébé et préparez sa venue au monde, comme toutes femmes vous avez des attentes, vous vous projetez et rêvez de ce moment magique inoubliable ! L’accouchement n’est pas une fatalité c’est un évènement unique, qui se prépare et à la fois qui nous échappe, c’est le point de départ d’une nouvelle vie.

Votre corps, votre bébé, votre projet

L’une des multiples façons de se préparer à donner naissance est de rechercher des informations. Par les nombreuses sources disponibles et les témoignages de ses proches, la femme se fait ainsi une idée de ce qu’elle aimerait ou non au moment de son accouchement.

Etablir un plan de naissance vous permettra donc avant tout d’être bien informée et de savoir ce que vous voulez mais aussi  les moyens dont vous disposez pour y arriver, en fonction de votre situation (grossesse normale, pathologique, à risque, vécue des grossesses précédentes…) c’est en quelques sorte établir une idée de naissance personnalisée.

Même si il est important d’avoir confiance en la médecine, cette confiance ne doit pas être aveugle, au risque d’éprouver des regrets, une amertume et un sentiment de « si j’avais su ».

Avoir un projet, vous permettra de vous sentir actrice, et pouvoir comprendre ce qui se passe dans votre corps ainsi que les soins qui vous sont faits à vous et à votre bébé, savoir qu’il n’y a rien d’obligatoire mais avoir un consentement éclairé grâce à une information anticipée.

Dans l’action, ou parfois l’urgence,  l’équipe a rarement le temps de discuter et expliquer en détails les soins ou les actes réalisés,  souvent systématisés. La prise en compte du caractère unique ou humain de la naissance n’est malheureusement pas la priorité à ce moment. De plus, la femme est dans un état de fragilité, elle gère sa douleur, sa peur et ses sensations. Elle doit se concentrer sur ce qui se passe en elle et pas autour d’elle, ce n’est donc pas le moment de commencer à s’intéresser aux détails des soins techniques !

 Réfléchir au projet, c’est aussi se pencher sur les aménagements nécessaires à celui-ci, par exemple, une femme qui ne désir absolument pas de péridurale, doit être amenée à rechercher par quel moyens elle souhaite soulager sa douleur (massage, bain, musique…)et si cela est possible pour elle.

Il est fondamental que vous ayez discuté de votre projet de naissance en couple ou avec la personne qui vous assistera et que cette dernière ai connaissance de votre projet afin qu’il/elle puisse appuyer/défendre vos souhaits.

Le projet, permet donc d’impliquer le papa dans cette naissance, de lui accorder une place et un rôle primordiale au moment ou il se sent souvent inutile !

L’accouchement est un moment d’accomplissement personnel dans la vie d’une femme. Le projet écrit lui permet également de concrétiser ses souhaits et pouvoir se projeter dans ce moment. Il lui permet de savoir qu’elle est soutenue par son entourage qu’il soit médical ou familiale, ce qui est très important pour elle.  

 Avoir pris connaissance des différents soins et établie un projet au préalable vous permettra : d’être rassurée, plus en confiance, de communiquer avec les soignants, de communiquer avec le papa, de savoir ce que vous avez a disposition pour vous aider (comme moyen matériel et humain), d’avoir le sentiment d’être impliquée et de pouvoir rester présente et actrice  dans VOTRE accouchement.

Du côté médical

 Le médecin (ou la sage-femme) n’a pas de raison de refuser un projet de naissance qui soit réaliste. Son métier est avant tout d’appliquer la science au service de l’humain, il est donc tout à fait logique qu’il soit informé des souhaits et attentes des futurs parents, qu’il puisse les prendre en considération et qu’il s’engage à les respecter dans la mesure du possible.

 Avoir un projet de naissance n’est pas une demande surréaliste, c’est une demande légitime ! Tous parents et gynécologue communiquent entre eux et établissent plus ou moins un « projet »  verbalement.

Faire un plan de naissance par écrit, c’est simplement pouvoir laisser une trace des grandes lignes de vos accords. C’est en quelques sortes votre filet de protection car il permet de vous assurer de l’engagement de votre médecin en faveur de votre demande mais aussi de l’équipe soignante lorsque le projet leur est présenté également !

Par ailleurs, le médecin a bien entendu son mot à dire et a tout à fait le droit de refuser, de  « négocier » ou rompre le « contrat » .

 

Notamment en cas d’urgence, il doit cependant informer les parents dans les plus brefs délais et prendre des dispositions afin que les parents puissent être au plus près de leurs souhaits malgré les circonstances.

Les parents, de leurs côté ne doivent pas hésiter à prendre plusieurs avis et rencontrer différents professionnels, afin de choisir celui ou celle avec lequel ils seront le plus en confiance et en accord. Le projet permet donc de renforcer la confiance et la relation avec son accoucheur et s’assurer d’être dans la même optique !

 

Par ailleurs, votre gynécologue n’est pas le seul concerné, renseignez-vous sur les pratiques de la clinique ou de l’hôpital (taux de césarienne, de péridurale, respect de la femme, liberté de mouvement, protocoles concernant le bébé : peau à peau,  habillage et soins, biberon, respect de l’allaitement…)

Le projet de naissance c’est aussi la liberté de choisir le lieu et la personne qui vous assistera et respectera vos besoins.

Concrètement un projet de naissance c’est quoi ?

C’est le fait de pouvoir émettre vos souhaits : cela peut aller du simple fait de porter ou non un vêtement d’hôpital, pouvoir manger et boire, mais aussi l’utilisation de perfusion, d’instruments sans oublier les conditions d’accouchement, les positions, la liberté de mouvements, les différentes techniques de soulagement de la douleur mais aussi l’accueil du nouveau-né : habillage, soins, séparation…tout ce qui vous semble important à ce moment. N’en demandez pas trop et faites le tri de vos priorités ! Le but n’est pas d’être déçue dans le cas où votre accouchement ne serait pas entièrement conforme à votre projet.

Détailler point par point tout ce à quoi vous pourriez être exposée lors de votre accouchement nous prendrait des pages et des pages !

A titre d’exemple, l’OMS à publié un guide intitulé « les soins liés à un accouchement normal : guide pratique » il permet de prendre connaissance des différents actes dans la conduite d'un accouchement normal mais aussi de la catégorie dans laquelle ils se trouvent, selon leur utilité, leur efficacité et leur nocivité.

C’est une ressource de base pour vous permettre d’avoir une idée de ce qui peut être évité et ce qui peut être utile, ce qui perturbe ou au contraire ce qui facilite un accouchement !

La rédaction d’un projet de naissance à proprement parlé ne doit pas avoir l’aspect d’un contrat ni d’un règlement stricte à suivre, ni d’une lettre « copié collée ».

 

Il doit être le fruit de vos propres connaissances et volontés en fonction de votre ressenti, votre vécu et vos priorités. Il peut évoluer tout au long de la grossesse et même au dernier moment ! Il s’agit d’une liste simple, brève et concise de ce que vous souhaitez ou non, il représente une ligne directrice qui n’est pas figée.

Même si vous accouchez par césarienne vous pouvez établir un projet afin de rester au plus près de vos désirs (ex : peau à peau, tétée précoce, proximité du bébé, présence du papa…) !

Pour résumer soyez bien informée, et bien préparée,  tout en sachant qu’une naissance réserve toujours une part de mystère et reste quoi qu’il en soit un évènement totalement imprévisible, il faut donc accepter de ne pas pouvoir entièrement le maîtriser, le projet ne garantie en rien l’aboutissement de votre accouchement mais il est le garant des conditions qui l’entourent et de votre bien-être.

 

Enfin,  restez ouverte à toute discussion avec votre gynécologue et avec l’établissement de soin tout en défendant vos souhaits.

Cet article est paru dans ParrentsMaroc de décembre 2016