Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

 Je réponds à vos questions

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés

AVAC : Accoucher par Voie basse Après une Césarienne

AVAC = Accouchement Vaginal Après Césarienne




Nombreuses sont les jeunes mères qui se posent la question après une première césarienne.


Accoucher par voie basse OUI mais à certaines conditions !


Voici un article pour en savoir plus et pouvoir faire un choix, mais surtout avoir les informations pour engager la discussion avec son gynéco qui lui seul pourra estimer la possibilité ou non de tenter cet accouchement par les voies naturelles !




Pourquoi tenter un AVAC ?


Et pourquoi ne pas tenter ?


Si cela est possible bien entendu !


Après une première césarienne, de nombreuses femmes se sentent dépossédées de leur accouchement et peuvent se sentir frustrées de ne pas avoir pu utiliser le plein potentiel de leur corps pour enfanter. Cela ne veut absolument pas dire que donner naissance par césarienne n'est pas une naissance, c'est une naissance différente, mais vous avez mis au monde votre bébé, vous l'avez porté 9 mois durant ! Vous avez peut-être simplement envie de vous sentir plus actrice de la naissance...


A savoir :


Si vous tentez un AVAC, vous avez environ 70% de chances d'accoucher par voie basse, et environ 30% d'avoir une césarienne en cours de travail.


Ceci est vrai après une ou deux césarienne, en revanche à partir de 3 césariennes, une césarienne sera programmée pour les bébés suivants.


Etude :


Un essai d'accouchement par voie vaginale a été demandé par 230 femmes sur 1136 (20%) ayant déjà subi deux césariennes. Sur les 115 femmes acceptées, 103 (89%) ont accouché par voie vaginale. Le travail a commencé spontanément chez 78 (68%) des 115 femmes et a été induit avec de la prostaglandine (PGE2) dans les 37 autres. Une augmentation du travail avec de l'ocytocine a été nécessaire dans 32 (28%) du groupe de travail d'essai. Il n'y a eu aucune déhiscence cicatricielle chez les femmes accouchées par voie vaginale. Il y a eu une déhiscence cicatricielle et une femme a dû subir une hystérectomie après l'échec de l'essai de travail, une fréquence comparable à la survenue de ces complications chez les femmes qui n'ont pas subi d'essai de travail.

Br J Obstet Gynaecol. 1994 Jun;101(6):498-500.

Planned vaginal delivery after two previous caesarean sections.

Chattopadhyay SK1, Sherbeeni MM, Anokute CC.



En 2006, pour les mères vivant leur seconde grossesse, enceintes d'un seul enfant après une première césarienne, environ la moitié des femmes ont subi une césarienne programmée ou une césarienne en urgence avant travail.

Mais bonne nouvelle, sur la moitié qui ont tenté un accouchement par voie basse,

les trois quarts ont pu accoucher par voie basse et un quart a du avoir une césarienne en cours de travail.


Quelques conditions :


La cicatrice de césarienne ne doit pas être corporéale ( sur le corps de l'utérus) mais segmentaire ( sur le segment inférieur ).


Les causes de la première césarienne peuvent jouer en faveur ou non d'un éventuel projet d'AVAC : bassin étroit, stagnation du travail, pathologie maternelle ( prééclampsie, hypertension, diabète ou encore maladie rénale )


L’intervalle idéal entre la césarienne précédente et la date prévue d’accouchement est de de minimum 18 à 24 mois, mais bien évidemment vous pouvez aussi avant ce délai !


​ Certains gynécologues n'acceptent a tentative d'AVAC qu'après avoir réalisé une pelvimétrie. Cependant l'utilité de cet examen est fortement controversée, le bassin étant un ensemble d'os et de ligaments mobile, il peut s'ouvrir ou se fermer en fonction des mouvements et des positions prises pendant le travail et la naissance.


Bonne nouvelle.

Même après une césarienne pour disproportion céphalo-pelvienne, (tête du bébé plus grosse que le passage du bassin) 2 femmes sur 3 réussiront leur AVAC !

(J Obstet Gynaecol Can. 2003 Apr;25(4):275-86.

Vaginal birth after Caesarean section: review of antenatal predictors of success.

Brill Y1, Windrim R.)



Les risques d'un AVAC ?


Le risque le plus connu est la rupture utérine, ce risque existe pour toutes les voies basses, cependant en cas d'antécédent de césarienne, l'utérus a été fragilisé au niveau de la cicatrice. Il peut donc se déchirer plus facilement, ce qui pourrait entraîner une césarienne en urgence, une souffrance de votre bébé et parfois l'ablation de l'utérus.


Seulement de 5 à 9 femmes sur 1 000 (0,5 à 0,9 %) font une rupture utérine.

​Par ailleurs, les césariennes ne sont pas non plus sans risque, notamment de façon répétée :

Risque d’infection, de formation de caillots de sang, d’hémorragie.

Lors d’une prochaine grossesse, il existe un risque d'anomalie de placentation.

Le risque de placenta praevia ( implantation du placenta sur ou près de l'orifice interne du col de l'utérus) augmente de deux à trois fois.


(Ananth CV, Smulian JC, Vintzileos AM. The association of placenta previa with history of cesarean delivery and abortion : A meta-analysis. Am J Obstet Gynecol 1997;177:1071-8)


Le risque de placenta accreta ( au lieu d'être fixé sur l'endomètre utérin, il est directement fixé sur le myomètre, la partie musculeuse, qui travaille durant l'accouchement) est de 0,2% après une césarienne et de 7% après six césariennes.


(Silver RM, Landon MB, Rouse DJ. Maternal morbidity associated with multiple repeat cesarean deliveries. Obstet Gynecol 2006;107:1226-32.)


Le risque d’hystérectomie passe de 0,7 % après une césarienne à 9% après six césariennes.


Quelques risques existent également pour le bébé.


Préparer et réussir un AVAC ?


. Identifiez la cause de la première césarienne si cela n'est pas encore fait.

Cela vous permettra de mieux comprendre ce qui aurait pu ou non être fait pour éviter cela.


.Choisissez les bons professionnels qui vous accompagneront lors de cette aventure, des personnes ayant l'habitude de gérer ce genre de cas et de préférence qui sauront trouver un juste milieu entre le respect de vos besoin, de votre rythme et l'aspect sécuritaire que nécessite votre cas. Vous devez avoir confiance en eux et vice versa.


Certains gynécologues vous feront confiance alors que d'autres auront tendance à pratiquer une césarienne au moindre doute.


. Renseignez-vous sur les conditions pour un accouchement facile et sécuritaire ( les bonne conditions qui vous permettront la libération des hormones, l'efficacité des contractions, la liberté des mouvements...)



. Ayez confiance ! Vous pouvez pratiquer de la sophrologie, de la relaxation, de l'hypnose, de l'haptonomie pour lâcher prise et venir à bout de vos peurs et blocages ! Un blocage psychique ou émotionnel peut entraîner un blocage physique, il est donc très important que vous puissiez travailler sur votre ressenti, vos peurs et l'histoire de votre césarienne...


Croyez-y !



Et si j'échoue dans ma tentative d'AVAC ?


Il n'y pas d'échec, pour conclure :


"Le vrai succès est de surmonter la peur d’échouer."

Paul Sweeney


Pour en savoir plus je vous invite à aller sur ce site, très complet que j'aime beaucoup et sont j'ai pioché quelques infos :

www.cesarine.org


Lectures :

"Césarienne et AVAC (accouchement vaginal après césarienne" Association Césarine

"Une autre césarienne ou un AVAC ? : S'informer pour mieux décider" de Hélène Vandeboncoeur



Témoignage " J'ai accouchée par césarienne programmée en 2015 pour ma fille (bébé en siège), accouchement pour lequel j'étais préparée du moins je le pensais s'en est suivi un gros baby blues (sentiment d'injustice, qu'on m'avait voler mon accouchement, la culpabilité, d'échec...) il m'aura fallu des séances d'hypnose avec ma sage femme pour m'en sortir et changer un peu le regard que je portait à cet accouchement, même si bien entendu cette rencontre avec ma fille fut incontestablement le plus beau jour de ma vie. Lorsque j'ai appris ma seconde grossesse, l'accouchement par voie basse était une obsession. J'avais se besoin de connaître ça, de sentir toute ses sensations cette douleur, ce besoin de laisser faire les choses, de lui laisser choisir sa date, son moment, ne rien lui imposer... Ce fut le cas mon petit homme à vu le jour en juillet dernier par voie basse, ce fut magique intense. Ce fut l'accouchement parfait salle nature, accouchement sur le coter j'ai eu la chance d'avoir une sage femme en or. Et 4 ans après je peux enfin dire que grâce à cet accouchement j'ai enfin fait le deuil de cette césarienne."