Freins restrictifs

Mis à jour : janv. 31

Les freins

Tout ce qu'il faut savoir sur cette particularité


Si il y a bien une chose face à laquelle je peux me sentir si impuissante, ce sont les freins.

Malheureusement je constate trop souvent que ce sujet est méconnu et que son importance est sous estimée.

C'est pourquoi il m'a paru important et même essentiel de vous en parler selon mon point de vue et mon expérience professionnelle personnelle.



Frein de levre superieure chez un bebe de 3 semaines

1) Que sont les freins ?

Les freins sont de petits muscles, couverts d'une membrane muqueuse.

Ils relient les lèvres et la langue aux os des mâchoires.


2) Nous avons tous des freins !

Vous, moi, nous tous !

Mais malheureusement parfois, ils peuvent être courts, rigides, mal implantés...


Il existe autant de freins qu'il y a d'individus sur cette terre


On parle d'ankyloglossie pour les freins de langue courts ou serrés qui restreignent la bonne mobilité de la langue.


Ces freins, peuvent impacter ou modifier la position de la langue, ainsi que ses mouvements et donc la forme du palais, la déglutition, la dentition, la phonation et de ce fait peuvent perturber également la digestion, la respiration, le sommeil...

Et surtout l'allaitement...



frein de langue _ ankyloglossie


3) Freins et allaitement


L'immense majorité des professionnels auront tendance à croire que les freins ne sont pas un problèmes et ne sont aucunement la cause des douleurs et difficultés d'allaitement.


Considérant souvent cela comme un soucis esthétique ou orthodontique qui peut attendre...

L'allaitement permet de mettre en évidence les freins car il donne l'alerte, cependant il s'agit bien plus qu'un simple problème esthétique...


Nombreuses sont les mamans qui souffrent et consultent différents professionnels, tous affirmant qu'il n'y a pas de freins sans même examiner la bouche du bébé...


4) Un frein s'examine au toucher !


Certains freins sont fibreux, très postérieurs et très dur de diagnostiquer ( impossible juste en regardant !)

D'autres freins se voient comme le nez au milieu du visage !


Personnellement je procède en observant tout d'abord le visage de l'enfant qui nous donne des informations importantes telles que ses lèvres, son menton ( rétrognathe par exemple)


J'observe une tétée au cours de laquelle je peux voir tout d'abord la position d'allaitement et l'optimiser, puis je regarde l'ouverture de bouche, la position des lèvres, les mouvements de succion, la fatigue musculaire et les efforts du bébé.


J'écoute l'histoire de l'allaitement, le ressenti de la maman ( la description de ses douleurs...)

J'observe également l'aspect des mamelons, est-il déforme après la tétée ? la position des crevasses ....


Puis je regarde l'apparence, de la langue et du frein du bébé, je regarde l'implantation, postérieure ou antérieure .


Ensuite je passe à l'examen, à l'intérieur de la bouche,, j'ai besoin de sentir la rigidité, l'épaisseur, la longueur du frein, puis sentir les mouvements et la mobilité de la langue, l'enroulement de celle-ci ( la présence ou non d'un réflexe nauséeux...)...


Tout cela était pour moi très compliqué à estimer au début, mais avec l'expérience, cela est devenu plutôt évident, c'est à la portée de tous les professionnels avec un peu d'informations et d'expérience !


Un professionnel ne peut jamais vous dire " il n'y a pas de frein" car nous en avons tous un !

Il ne peut pas non plus vous dire que le frein n'est pas un problème si il ne l'a pas examiné au toucher !


5) La douleur de la maman non prise en compte


Lorsqu'une maman fait part de ses douleurs d'allaitement on lui répondra souvent ce genre de phrase :

" c'est normal, ça va passer "

ou bien " pourquoi tu veux t'acharner, donne-lui le biberon ça sera plus simple"

et si le frein est dépisté " pourquoi tu vas infliger cette intervention a ton bébé ? Tu peux lui donner le biberon, laisse le tranquille"


La douleur est réelle, tout comme le désir d'allaiter ! Il est important de les prendre en considération !


Certaines mamans sont partagées ( torturées) entre la douleur physique de l'allaitement avec un bébé à freins et la douleur psychique de mettre fin à un allaitement au quel elles tenaient !


Aucune douleur n'est normale pendant l'allaitement !

Cherchez des professionnels à votre écoute !


Parfois la maman ne ressent pas de fortes douleurs mais on remarquera que le bébé ne prend pas beaucoup de poids, par exemple, une fois de plus on culpabilisera la maman en lui disant que son lait n'est pas nourrissant ou suffisant... et qu'elle doit passer au biberon de lait artificiel ...

C'est pourtant faux ! C'est la succion du bébé qui n'est pas assez efficace ! A cause du ou des freins !


6) Freins restrictifs : quelles solutions ?


La seule option pour libérer la langue ou la lèvre est de couper...

C'est une petite intervention rapide, mais qui peut faire toute la différence !


Elle peut être réalisée aux ciseaux ou au laser selon le type de frein et la préférence du chirurgien, sous anesthésie locale ou générale, ou sous simple sédation.


La frénotomie ( le fait de couper le frein) doit toujours être accompagnée de séances d'ostéopathie ou de chiropraxie avant et après l’opération et souvent de petits exercices de rééducation et de massage a réaliser à la maison.


Un chirurgien compétent dans ce domaine vous informera de tout cela selon votre cas.


Plus l'intervention est réalisée tardivement et plus la mémoire musculaire ainsi que les modifications des structures du palais et des mâchoires s'installent ...


Autrement dit : plus vous tardez et plus il peut être difficile de réapprendre à bien placer la langue et l'utiliser.


N’hésitez pas a vous informer d'avantage sur les supports tels que : http://mamanlune.com/

https://www.lllfrance.org/2006-les-freins-de-langue-courts-ou-serres-engendrent-ils-des-problemes-d-allaitement


Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés