• Laurie

L'alimentation de la femme enceinte: les 4 erreurs à ne pas commettre par Lucie vivons physiologique

L'alimentation de la femme enceinte: les 4 erreurs à ne pas commettre



La grossesse est la première étape du développement du bébé. Il y a certes des prédispositions génétiques, des données transmises par le père et la mère, mais tout reste à faire. Et c’est dans le ventre de la mère que tout commence. Lorsque l’on parle de grossesse et d’alimentation, beaucoup de femmes enceintes semblent un peu perdues sous la montagne d’informations, parfois contradictoires qu’elles peuvent trouver. S’il est vrai que la femme enceinte a des besoins spécifiques, il est d’autant plus vrai qu’elle doit consommer des aliments qui vont lui donner tout le carburant nécessaire pour que son bébé se développe de la meilleure des manières.

Toutefois, un certain nombre de préjugés est ainsi véhiculé autour de l’alimentation de la femme enceinte. Découvrez dans cet article les 4 erreurs à ne pas commettre quand on est enceinte.


Erreur n°1: Consommez beaucoup de produits laitiers par peur de manquer de calcium



Depuis notre plus tendre enfance, on nous répète sans cesse que « les produits laitiers sont nos amis pour la vie », que la consommation de lait de vache est la seule source de calcium assimilable par notre corps, que nous en avons besoin sinon on risque l’ostéoporose.

Le danger des produits laitiers industriels de vache

Outre l’apport massif de lactose et de caséine présents dans les produits laitiers et qu’une partie non-négligeable de la population ne les supporte pas, les produits laitiers de vache posent problème à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, la composition du lait de vache est totalement adaptée à (je vous le donne en mille) son petit, qui n’est autre que le veau.

Ainsi lorsqu’on observe l’évolution du veau durant la première année de sa vie, on voit bien qu’il prend plusieurs centaines de kilos (environ 1 kilo par jour soit 365 kilos en 1 an).

A titre de comparaison, je rappelle qu’un bébé humain prend environ 5 kg la première année de sa vie.


Donc, toute la nutrition présente dans le lait de vache est destinée au veau et non pas au bébé et encore moins à l’homme ou la femme adulte.

De plus, pour réussir ce développement conséquent du veau, le lait de la vache se compose de facteurs de croissance (peau, système digestif et ossature).

Ces facteurs de croissance, s’ils sont consommés en trop grosses quantités par l’être humain, peuvent être l’origine de dysfonctionnements de l’organisme favorisant l’apparition de cancers, de la prostate et du côlon notamment.

Lorsque vous consommez du lait de la ferme, votre réflexe est de le faire bouillir au moins 15 minutes pour tuer les germes…et les facteurs de croissance qui sont rendu inactifs par la durée d’ébullition.


Par contre, quand vous consommez du lait de vache industriel qui a été pasteurisé en UHT, ce n’est pas la même histoire. UHT signifie que le lait a été chauffé à 140°c pendant 3 secondes, ce qui va effectivement tuer les germes mais ne rend pas inactifs les facteurs de croissance.

Ainsi, plus vous consommez des produits laitiers industriels de vache, plus vous consommez des facteurs de croissance destinés au veau et certainement pas à l’être humain.

Ce qu’il faut bien comprendre également c’est que tout est une question de quantité.

On consomme trop de produits laitiers de vache, et les conséquences de cette surconsommation ne fait que s’amplifier au fil des années.


Trop de calcium tue le calcium


Nombreuses sont les femmes enceintes qui se forcent (ou pas) à consommer des produits laitiers pour ne pas être en carence de calcium.

Toutefois, vous l’aurez peut-être compris, le calcium présent dans le lait de vache est destiné au veau et est donc présent en très (très) grande quantité.

Ainsi, lorsque vous consommez des produits laitiers de vache, votre organisme va se retrouver submerger sous le poids de tout ce calcium qui ne sera que très peu assimilé.

De plus, il faudra au corps beaucoup d’énergie et de minéraux pour éliminer le surplus de calcium inutilisé, ce qui amène à une déminéralisation progressive.

Donc pour faire simple, vous pensez donner à votre corps du calcium en consommant des produits laitiers de vache, puis au final, pour éliminer le surplus de calcium, votre corps va puiser dans vos réserves de minéraux donc de calcium, vous voyez la contradiction ?

Ce n’est pas pour rien si le plus haut taux d’ostéoporose (os fragiles) se trouve dans les pays qui consomment le plus de produits laitiers (comme la Norvège et la Suède notamment).


Mais alors où trouver le calcium ?


Il existe une multitude d’aliments qui contient du calcium, parfois même en très grande quantité.

On le retrouve principalement dans les légumes à feuilles vertes foncées, mais aussi et surtout dans les oléagineux.

Les oléagineux sont ce qu’on appelle communément les fruits à coque comme les amandes, les noix, les noisettes, les noix de cajou…

On appelle également oléagineux tout ce qui va être graines oléagineuses comme le lin ou les graines de sésame. Et c’est justement dans ces dernières qu’on trouvera le plus de calcium, incroyable, non?

Toutefois, pour bénéficier de tout ce calcium, moulez vos graines de sésame et de lin, sinon elles sortiront entières aux toilettes car le corps n’est pas capable de les casser.

Donc 1 c. à c., 3 fois par jour par exemple de purée de sésame (tahina) avec un peu de miel, puis une consommation classique de légumes verts et vos apports de calcium seront saufs.



Erreur n°2: ne pas manger assez de corps gras (ou pas du tout) de peur de grossir



Pendant la grossesse, beaucoup de femmes font très attention à ce qu’elle mange chaque jour car elles ne veulent pas avoir plus de 20 kilos à perdre après l’accouchement, et je les comprends.

Donc elles se lancent parfois dans des régimes (parfois un peu farfelus) pour prendre un minimum de poids pendant leur grossesse.

Mais souvent, on leur conseille à tort de faire très attention à leur consommation de gras, car « le gras rend gras » leur a-t-on dit.


Faire la différence entre bon et mauvais gras


Il y a bien évidemment une différence entre manger un snack avec des frites et un avocat.

Et pourtant, l’avocat est bien plus gras que les frites.

Mais vous l’aurez compris, ce n’est pas du tout le même type de gras.