Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

 Je réponds à vos questions

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés

  • Laurie

La douce naissance de bébé Meryem

Le 13 avril 2019 à 2h30 du matin je suis profondément endormie dans mon lit. Mon mari lui s’est endormi sur le canapé devant la TV.



Je sens de l’eau couler un petit peu dans ma culotte. Je me réveille calmement et vais voir mon mari dans le salon « réveilles-toi » lui dis-je en le tapotant doucement. Il se réveille la tête un peu ailleurs et me regarde simplement sans parler.

Je lui dis « je suis entrain de perdre les eaux il faut aller à la maternité » (à cet instant dès que je bougeais ou faisais un mouvement je perdais des petites quantité d’eau).

Mon mari me répond (toujours la tête à l’ouest Lol) : « qu’est ce que je dois faire ? » je lui répond calmement et en rigolant « ben commence par t’habiller histoire de pas aller à la maternité en caleçon » il comprend à cet instant que c’est pour très bientôt que nous rencontrerons notre fille. Il se lève illico du canapé et se met à être agité.

Je le calme « paniques pas t’inquiètes ça va aller, douches-toi, habilles-toi. Moi je vais faire aussi une petite toilette et manger un bout avant de partir. Ensuite tu ramènes la voiture devant la maison. Tu charges les affaires et on y va ».

A 3h30 donc 1h plus tard nous partons de la maison. A 3h45 nous arrivons à la maternité, je suis partagée entre l'excitation, la peur (surtout des douleurs) et l’impatience. Mon mari lui ne s’exprime que très peu mais semble bien allé lol.

Au service des urgences maternité on me demande pourquoi je suis là j’explique que je pense perdre les eaux par petite quantité depuis plus d’1h, je n’ai pas de contractions et je me sens bien.

« ok Mme on va vous installer dans une salle et vous ausculter » me répond une sage-femme de garde.

Quelques minutes plus tard on m’installe, entre-temps une dame qui était entrain d’accoucher était arrivée avec les pompiers... mon Dieu elle hurlait tellement la pauvre que j’ai eu peur d’accoucher. Elle était sous mes yeux dans son brancard avec les pompiers autour d’elle. Se plaignant de la douleur qu’elle ressentait et poussant des cris effrayant... j’ai eu tellement de peine pour elle déjà car elle était non accompagnée (juste avec les pompiers), mais aussi pour la douleur qu’elle ressentait.. à cet instant je me suis dis « punaise c’est ça qui t’attend... pour le moment t’es bien tu n’as pas de contractions mais ça va venir »

Bref on m’ausculte « dilatation à 3 c’est bien Madame ! C’est pour aujourd’hui normalement » (il était 4h30 du matin).

Je réponds « et si c’est pas pour aujourd’hui ? (J’entamais à peine ma 38e semaine) »

elle me répond sympathiquement « aah Mme dans tous les cas à partir de maintenant vous ne rentrerez pas chez vous. Sois le travail se met en route naturellement soit d’ici 24h on vous déclenchera mais voila dans tous les cas vous restez ici »... déclenchement ?! pas question ma fille et moi on va faire le taf voilà ce que je me dis dans ma tête.

À 6h du matin on vient de nouveau me contrôler dilatation toujours à 3. La sage-femme nous propose de sortir un peu et d’aller marcher dans le coin pour aider à bien se mettre en route.

Elle m’indique bien que je peux simplement boire un peu d’eau mais pas mangé. Je me rhabille mais je suis trempé de liquide et d’un peu de sang. Je demande si on peut me passer une serviette hygiénique (la mienne est tellement imbibée qu’elle ne sert plus à rien).

On m’en passe une (sensation agréable de se retrouver un peu au sec). J’enfile mon pantalon qui lui est trempé à l’entre-jambe (moins sympa cette sensation par contre).

Elle nous demande de revenir vers 7h30-8h pour faire un nouveau contrôle du col.

Nous sortons donc mon mari et moi nous « balader» dans l’enceinte de l’hôpital (intérieur et extérieur). Je marche... marche et marche certes pas très vite car je sens que ma fille est assez basse et du coup ça pèse lourd dans le bas ventre. Puis peu à peu les contractions se mettent en marche. Elles deviennent en très peu de temps de plus en plus intense. Mon mari les notes dans son téléphone. J’ai dû lui poser 1000 fois la question «c’était il y’a combien de temps celle d’avant ?? » on constate avec joie que ça se rapproche... toutes les 10 minutes puis toutes les 7 minutes ... parfois toutes les 5 minutes.

2 bonnes heures sont passées quand nous décidons de rentrer dans l’hôpital pour le contrôle.

On me réinstalle dans la pièce où j’étais. Très vite on me contrôle de nouveau je suis dilatée à 5. Wouah je suis trop contente ! Ça avance bien ! Il est 8h30 à ce moment là. Étant dilatée à 5 on m’indique que si je le souhaite je vais pouvoir avoir la péridurale à partir de 9h (pile au moment ou l’équipe d’anesthésie change). Oui je veux la péridurale et de toute ma grossesse je n’ai pas envisagé faire sans.

Aux alentours de 9h30 l’anesthésiste et son assistant arrivent. Ils sont tous les 2 très sympas et rigolos, ils cherchent par leurs mots à me détendre car j’appréhende le ressenti de l’aiguille dans mon dos ou celle du liquide se diffusant dans mon corps.

Mon mari ne pouvant assister à la pose de la péridurale était partie à la cafétéria se prendre un petit déj. La pose de la péridurale se passe bien et est rapide. 10-15 minutes après j’en ressens les effets... mes douleurs s’estompent progressivement. Suffisamment pour m’assoupir Un peu. Mon mari revient vers 10h-10h30.


J’étais, depuis la péridurale installée en salle d’accouchement. Je ne réalise pas vraiment je vais accouché. Que nous sommes arrivées ma fille et moi au bout de l’aventure de la grossesse... moi qui pensais que je dépasserais mon terme ... et bien non à 38+1 tu en as décidé autrement ma précieuse fille. Je découvre donc ce que sont la perte des eaux, les contractions, la péridurale, en gros l’ambiance générale autour de la naissance.

A 11h on m’ausculte, je suis à 7. La sage-femme et la stagiaire me félicitent. Selon elle c’est super ça avance vite pour une primipare. (On me félicite d’ailleurs alors que je fais rien pour que ça se dilate vite... je ne contrôle pas ma dilatation juste je suis excitée à l’idée de découvrir mon bébé alors peut-être que cette excitation et impatience font que ça va plutôt vite pour un 1er accouchement).


A 12h je suis à dilatation complète, naïvement je pensais que j'allais pouvoir commencer à pousser mais Non. On me dit que BB doit descendre et s’engager encore plus. Entre temps on me fait assez souvent changé de position mais quand je suis sur le dos le coeur de ma fille baisse bcp ce qui inquiète l’équipe « Bon on voit qu’elle apprécie pas que vous soyez sur le dos mettez vous sur le côté » malheureusement le liquide anesthésiant se diffuse essentiellement dans La jambe gauche... je ressens les contractions dans le dos... au niveau des reins ... c’est hyper douloureux mais je tiens bon j’en ai plus pour longtemps.


A 14h30 on demande une échographie car au touché on ne sait pas dans quelle position est la tête de ma fille. Très rapidement l’échographiste arrive: « La tête est en bonne position, je vais prévenir mes collègues de revenir assez vite car vous êtes à dilatation complète, votre fille est bien engagée et sa tête est bien positionnée vous allez pouvoir pousser Mme».

Un peu avant 15h les collègues reviennent, m’installent les jambes, préparent ce qu’il faut et se mettent en place. Vers 15h-15h10 on me demande de commencer à pousser... j’ai très peu de contractions parfois entre 2 contractions les minutes me paraissent être interminables. Je pousse de toute mes forces mais j’ai l’impression de faire n’importe quoi et de pousser n’importe comment pourtant on m’encourage et on me dit que c’est du bon travail ... mais je me dis qu’elles doivent dire ça à tout le monde lol.


Je leur précise de nouveau que je veux attraper ma fille pour la faire sortir moi-même. Puis d’un Coup « Mme vous voulez sentir sa tête ? » « Ouiiii » je passe ma main entre mes jambes et sens le crâne de ma fille... joie immense et motivation extrême ... ça y est la grande rencontre c’est pour bientôt je me dis à l’intérieur de moi.

Je demande à mon mari de prendre de quoi filmer car je ne veux rien louper et je veux pouvoir revivre et revoir cet instant magique à tout jamais.


5 minutes plus tard j’attrape ma fille par dessous les aisselles et je la remonte sur mon buste. Le peau à peau commence, la tétée de bienvenue viendra peu de temps après.

Ma vie de maman démarre, notre vie de parents également.

Ça y’est tu es là ma crevette, ma petite coccinelle. Tu es parfaite, belle et à mes yeux l’être le plus magique de ma vie. Celle qui peut tout me faire oublier juste avec un regard ou un sourire. L’amour est inné... la vie la vraie démarre à ta naissance ma fille. Je t’aime ma précieuse Meryem.


Mon accouchement a été magique, une expérience incroyable, intense en tout point. Un jour inoubliable ! Je souhaite à toutes les futures mamans d’avoir l’accouchement que j’ai eu. Simple, assez rapide, une douleur contrôlée et gérable. Une équipe médicale au top, super gentille et motivante. Un mari incroyablement doux et patient.

Bref le combo parfait pour une journée parfaite et l'arrivée d’un BB parfait à mes yeux.