Restez connectés !

 Je réponds à vos questions

Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

- Soutien & accompagnement de la grossesse et du post partum Auxiliaire de puériculture

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés

TOXOPLASMOSE

Que se cache-t-il sous ce nom étrange ?

Les 4 et 5 novembre à Rabat, se tenait le premier symposium international sur la toxoplasmose congénitale au Maroc. Les nombreux experts et spécialistes en Toxoplasmose congénitale du Maroc, des USA, de France et de Colombie ont partagé leurs expériences au sujet de cette affection et ont fait le point sur les nouvelles avancées réalisées en matière de traitement et de recherche sur la toxoplasmose congénitale, ainsi que de son suivi à l'échelle nationale.

Mais savez vous ce qu’est la toxoplasmose ?

Chaque femme enceinte en a déjà entendu parlé, certaines la redoute, d’autres pas du tout et enfin il y a celles qui sont déjà immunisées et ne craignent rien !

Zoom sur cette maladie redoutée des futures mamans !

La toxoplasmose est une infection parasitaire :  le Toxoplasma gondii. ( parasite responsable de la maladie)  infecte le plus souvent des animaux à sang chaud, y compris l’être humain, mais son hôte définitif est  le chat

 

Cette infection est présente dans le monde entier, elle est bénigne, voire asymptomatique dans l’immense majorité des cas pour les sujets sains. En revanche, lors de la grossesse, une contamination pourrait être dangereuse pour l’embryon ou le fœtus.

Pour le fœtus, le risque et la gravité de l'infection dépendent du stade de la grossesse. Le risque est inférieur à 2 % avant deux mois de grossesse, mais, dans ce cas, l’atteinte fœtale est grave et peut provoquer une fausse-couche. Il atteint 70 % en fin de grossesse et le fœtus subira alors essentiellement des lésions oculaires. 

Plus la transmission du parasite à l’enfant arrive tard durant la grossesse, moins la toxoplasmose congénitale entraîne des lésions graves.

La toxoplasmose congénitale peut entraîner d’autres complications graves selon le stade de la grossesse au moment de la contamination : mort in utéro, accouchement prématuré, séquelles neurologiques...

Le diagnostic de la toxoplasmose est fait grâce à un bilan sanguin en début de grossesse. Ce bilan sanguin permet de rechercher si la femme a déjà été contaminée par le toxoplasma gondii ou non, si c’est le cas, elle est donc immunisée et la grossesse peut se poursuivre sans surveillance particulière.

Si le bilan est négatif, la future maman devra prendre des précautions particulières afin de veiller à ne pas contracter ce parasite. Elle devra également surveiller qu’elle n’a pas été infectée, chaque mois en procédant à un bilan sanguin.Cela pour permettre un diagnostic rapide et un traitement adapté pour l’enfant à venir.

Si la femme attrape la toxoplasmose en cours de grossesse , une échographie mensuelle permettra de dépister des anomalies fœtales, liées à une éventuelle toxoplasmose congénitale. L’infection peut être transmise à l'enfant jusqu’à sa naissance. Un prélèvement sanguin sera donc réalisé sur le bébé juste après l’accouchement, pour savoir s’il a été contaminé.

Si une femme enceinte n’est pas immunisée, il est préférable qu’elle adopte les règles  et les bons réflexes pour  protéger  son bébé.

 

Précautions alimentaires : Manger la viande bien cuite et les fruits et légumes soigneusement lavés et de préférence épluchés (le parasite se trouve dans les animaux à sang chaud donc la vache et le mouton ! Il se trouve aussi dans la terre ).

Hygiène de vie : Le contact avec le chat est à limiter, bien entendu, ne vous débarrassez pas de votre chat si vous en avez un,  soyez plus prudente et lavez vous correctement les mains après avoir câliné votre ami félin, ne changez pas sa litière vous même, demandez à quelqu’un de le faire pour vous, si vous n’avez pas le choix, prenez soin de vous protéger avec des gants en latex et un lavage de main très soigneux.

 

Sources :  Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Toxoplasmose. Site internet : ANSES. Paris ; 2013 [consulté le 17 février 2015]

Agence française de sécurité sanitaire des aliments. Toxoplasmose : état des connaissances et évaluation du risque lié à l’alimentation. Site internet : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Maisons-Alfort (France) ; 2005 [consulté le 17 février 2015]

Institut de veille sanitaire (InVS). La toxoplasmose en France chez la femme enceinte en 2003 : séroprévalence et facteurs associés. Site internet : InVS. Saint-Maurice (France) ; 2003 [consulté le 17 février 2015]

Agence de la santé publique du Canada. Toxoplasma gondii – Fiches techniques santé/sécurité. Site internet : Agence de la santé publique du Canada. Ottawa ; 2011 [consulté le17 février 2015]

Aubry P. Toxoplasmose. Site internet : Medecine tropicale. Saint-Denis de la Réunion (France) ; 2013 [consulté le 23 avril 2013]

Association française des enseignants de parasitologie et mycologie. Toxoplasmose. Site internet : Campus de parasitologie de l’Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport. Lille (France) ; 2014 [consulté le 09/02/2015]