Restez connectés !

 Je réponds à vos questions

Laurie Daniel

+212676333201

+33640204729

- Soutien & accompagnement de la grossesse et du post partum Auxiliaire de puériculture

Crédits photos : Marion Leuger, Oumayma El Amrani, Sara Chekhi, Laurie Daniel - tous droits réservés

Un tire-lait n’est, la plupart du temps, pas indispensable quand on allaite. Mais il peut rendre service, voire se révéler nécessaire dans certaines situations. Avant de nous plonger dans les différents types d’appareils que l’on trouve dans le commerce, rappelons que les mains font d’excellents tire-lait gratuits, toujours disponibles et sûrs (à condition d’avoir été lavées auparavant).
Choisir un tire-lait

Pour choisir un tire-lait, il convient tout d'abord de se poser certaines questions :
    - Tirer son lait, pourquoi ? Pour lancer la lactation, dans le cas d'un bébé qui ne peut pas téter directement au sein, augmenter une production lactée insuffisante, ou dans le cadre d'une lactation bien établie ?
    - Tirer son lait, quand ? De manière fréquente et régulière, ou de manière occasionnelle ?
    - Tirer son lait, où ? La maman devra-t-elle emporter le tire-lait en déplacement, ou tirera-t-elle toujours son lait au même endroit ?
De la réponse à ces différentes questions dépendra le choix de l'un ou l'autre modèle de tire-lait.

Quelques éléments importants doivent être rappelés :
    - On ne devrait pas utiliser un tire-lait pour vérifier si une maman a du lait. Ce genre de « test » est particulièrement propice à la création d'un climat de stress qui bloquera la sécrétion d’ocytocine, et inhibera le réflexe d'éjection. La maman, déjà inquiète et manquant de confiance en elle, risquera d'en conclure qu'elle n'a pas de lait. D’autres éléments permettent de savoir si un bébé ne reçoit pas suffisamment de lait (urines peu abondantes, selles rares pendant les premières semaines, prise de poids insuffisante, peu de déglutitions audibles pendant la tétée).


    - Un tire-lait ne doit jamais faire mal ; bien vérifier le mode d’emploi avant l’utilisation.


    - Pour tirer son lait, la maman doit de préférence être dans un endroit calme, où elle bénéficie d’un minimum de confort et d’intimité. Quelle que soit la méthode d’expression du lait, il y a un « coup de main » à prendre, tant sur le plan pratique que sur le plan émotionnel.

Les différents types de tire-lait

Rappelons tout d'abord que l'on peut parfaitement tirer son lait à la main. Cela peut toujours être utile. Apprendre aux mamans comment tirer leur lait manuellement est d'ailleurs l'une des conditions que doivent remplir les hôpitaux qui désirent obtenir le label Hôpital Ami des Bébés. Penser à se laver les mains avant la séance d’expression.

1. Les tire-lait manuels

Ce type de tire-lait s'achète et n'est pas remboursé. Il existe différents modèles, plus ou moins modernes, plus ou moins simples à monter et à utiliser. Il faut une bonne adéquation entre la téterelle et le mamelon : si les mamelons de la maman sont trop petits par rapport à la téterelle, de l’air passe ; à l'inverse, si les mamelons sont trop gros, l'utilisation du tire-lait peut être douloureuse. Il est utile de rappeler qu'il faut doser l’aspiration : plus fort n’est pas synonyme de mieux ; l’expression du lait ne devrait JAMAIS être douloureuse. Ces tire-lait sont peu encombrants, ne font pas de bruit et, par définition, ne nécessitent pas d’électricité. Ils conviennent pour une utilisation ponctuelle, sur une lactation déjà établie.

2. Les mini-électriques

Ce type de tire-lait s'achète et n'est pas remboursé. Ils peuvent fonctionner sur piles et/ou sur secteur. Les tire-lait électriques sont plus bruyants que les tire-lait manuels. Ils peuvent être simples ou doubles. Les tire-lait double pompage ne permettent pas seulement de diviser par deux le temps nécessaire pour tirer son lait ; des études ont constaté que le fait de tirer son lait simultanément des deux seins permettait d’obtenir davantage de lait, et induisait un taux sérique plus élevé de prolactine. Ils sont donc plus efficaces que les tire-lait simples. Ils conviennent pour une utilisation répétée, sur une lactation déjà établie.
 

3. Electriques automatiques

Ce type de tire-lait peut être acheté, mais étant donné leur coût, ils sont le plus souvent loués en cas d’utilisation par un particulier. Le montant de la location est pris en charge par la Sécurité Sociale et les mutuelles, dans la mesure où il existe une prescription médicale (d'un médecin ou d'une sage-femme). Seul le set d’expression du lait (téterelle et biberon de recueil du lait) est vendu, et restera la propriété de la mère.

Dans ces catégories, il convient de bien distinguer les anciens modèles et les modèles modernes. Les anciens modèles sont malheureusement encore proposés partout. Le meilleur exemple de cette catégorie est le Kitettmatic®. Le modèle proposé à la location par de nombreuses  pharmacies est vieux, volumineux et bruyant. C'est un mauvais tire-lait. Son moteur assure d'ailleurs une double fonction : il peut, en inversant son sens de fonctionnement, être utilisé pour les aérosols ; il n'a donc pas été étudié spécifiquement pour tirer le lait. On trouve même encore en circulation des modèles archaïques, sur lesquels la dépression doit être gérée en mettant un doigt sur un orifice. Outre le fait que ces modèles sont obsolètes et bruyants, ils peuvent également provoquer des lésions des mamelons ; par ailleurs, il existe des risques de contamination (le lait peut passer dans le moteur, dans les tuyaux,…).

Choisissez avec soin la taille des teterelle, cela a une importance sur l'efficacité du tirage.

Conseils pour bien tirer son lait :

  • Commencer la séance par des massages et éventuellement l’utilisation de chaleur sur les seins.

  • Puis utiliser un bon tire-lait double pompage pendant dix minutes.

  • Enfin utiliser le tire-lait en simple pompage avec massage-compression sur les zones fermes en super-alternance. On peut remplacer cette dernière phase par une séance d’expression manuelle.

Le "power pumping", tirage extrême ou marathon de tirages

Certaines mères suivent un protocole de "power pumping" (en français : tirage extrême, ou marathon de tirages), une méthode développée par Catherine Watson, consultante en
lactation IBCLC. Cela se fait une fois de temps en temps, pour amorcer une augmentation de lactation. Les effets de ce protocole se font sentir 48 à 72 heures plus tard.
Beaucoup de mères ont eu du succès avec cette approche – cela peut valoir la peine d'essayer.
(En raison du système immunitaire immature des bébés prématurés, cette méthode n'est appropriée que pour des bébés nés à terme et en bonne santé).

 

Voici comment procéder :

- Placez le tire-lait dans un endroit de votre maison où vous passez souvent et où vous serez confortable assise ou debout.
- Chaque fois que vous passez près du tire-lait, utilisez-le pendant 5 à 10 minutes. Arrêtez quand vous commencez à avoir la bougeotte ou à vous ennuyer. Vous pouvez tirer votre lait aussi souvent que toutes les 45 minutes. Tirer plus souvent n'est pas utile.
- Il n'y a pas besoin de réfrigérer le lait entre chaque session de tirage ni de nettoyer le kit à chaque fois. Vous pouvez continuer à tirer dans le même récipient et à utiliser le même kit d'accessoires pendant 4 à 6 heures, selon la température de votre maison (une maison plus chaude nécessitera des mises au réfrigérateur et des lavages plus fréquents). À ce moment, mettez juste le lait accumulé au frigo, nettoyez le kit, et c'est reparti pour 4 à 6 heures.
- Prévoyez de tirer au moins 10 fois par jour.
- Essayez de faire une sieste dans l'après-midi et d'avoir une période de sommeil interrompu de 4 à 6 heures la nuit. Ne vous réveillez pas spécifiquement pour tirer, mais si votre enfant vous réveille, vous pouvez en profiter pour faire un rapide tirage avant de vous rendormir.

Sources : la leche league, medela, relais lactancia

Choisir et utiliser un tire-lait